Shanghai forum-Forum
Shanghai forum  LOGIN   INSCRIPTION
SHANGHAI MEMBRES FORUM ANNONCES PHOTOS ANNUAIRE   CONTACT
SHANGHAI FORUM
Menu Principal

billet d'avion shanghai


Actualité chinoise

Index des forums de Shanghai forum
   CHINA SPORT
     La fièvre du football en Chine
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
bable
Envoyé sur :  29/7/2006 18:07
Mini Shanghai
Inscrit le: 29/7/2006
De:
Envois: 14
La fièvre du football en Chine
La fièvre du football en Chine
Mercredi 7 juin à Saint-Étienne, face à l'équipe de France, la Chine a été loin d'être ridicule. Jusqu'à la dernière minute du temps réglementaire, les Chinois tenaient un bon match nul. Y aurait-il un espoir d'amélioration du football chinois ? En tout cas, si l'équipe chinoise ne sera pas en Allemagne, le business généré par la Coupe du Monde, lui, sera en Chine.

Sponsors, production industrielle, et comment les fans chinois de football utiliseront leurs loisirs pour regarder la compétition, sont les principaux vecteurs économiques qui font que la Chine est loin de pas participer à la fièvre nommée football.

La coupe du monde : une affaire de gros sous

Lors des deux éditions précédentes de la Coupe du monde, France et Japon-Corée du Sud, l’achat d'espaces publicitaires à la CCTV (China Central Television) ont totalisé 100 millions de yuan en 1998 et 450 millions en 2002. La chaîne de télévision a rassemblé 2,8 milliards de téléspectateurs lors de l'édition française et 7 milliards pour l'édition japano-coréenne.

L'édition 2006 a déjà permis à la CCTV de gagner 300 millions de yuan (37,5 millions de dollar) grâce à la vente d'espaces publicitaires. Le plus gros contrat a été signé avec China Mobile, le numéro un de la téléphonie mobile dans l'Empire du Milieu, avec 103 millions de yuans.

À côté de l'achat d'espace commerciale, l'événement permet d'organiser de grande tournée de promotion à travers le pays. C'est ainsi que l'on peut voir, par exemple, Tsingtao, le plus grand producteur chinois de bière, organiser une "tournée générale" dans 36 villes du pays. Son rival, l'américain Budweiser mettra, lui, en place un packaging spécial Coupe du monde en plus des publicités télévisées auxquels il a droit de part son statut de sponsor officiel de la FIFA.

D'autre comme Lenovo, le géant chinois de l'informatique, achète les images de stars du ballon rond comme Ronaldinho. De la même manière, les images de Zidane, Beckham, Ronaldo, Raul et de Roberto Carlos seront aussi utilisées dans les publicités de firme chinoises.

L'industrie.
Certaines entreprises chinoises se contentent de profiter de la fièvre du mondial pour augmenter leurs ventes. C'est le cas, en autres, de Suning et GoMe, deux fabricants d'électronique qui espère voir les gens se débarrasser de leur ancien poste de télévision pour acheter le dernier grand écran plat à la mode.

Des fabricants de t-shirts ont pour leur part essayé d'avoir l'appui de la FIFA pour produire des t-shirts avec le logo officiel du Mondial allemand. Mais le plus gros des biens vendus en parallèle est aussi produit en Chine. Chaussures de football, ballon, gadget ou autre objets promotionnels, la plupart sont fabriqués en Chine.

Si un grand nombre d'entreprises chinoises ont tenté d'obtenir le soutient de la FIFA, aucune ne pouvait prétendre à être un sponsor officiel de la puissante organisation de football. Le budget pour faire partie des privilégiés ne s'élevait pas à moins de 60 millions d'euros pour ce Mondial 2006, ce qu'aucune entreprise chinoise, qui pourrait tirer un avantage d'être un sponsor de la FIFA, ne peut s'offrir. Pour la Coupe du monde 2010, cela sera encore moins réalisable étant donné que la Fédération International de Football a fixé le minimum à 80 millions d'euros.

Et les fans dans tous ça ?

Le business de la coupe du monde ce n'est pas que des contrats de sponsorings ou des contrats de production de la mascotte officielle. Le business foot, c'est aussi toute l'économie parallèle porter par la ferveur populaire, et les fans chinois du ballon rond ne sont pas en reste.

D'après Xinhua, malgré le décalage horaire, les amateurs chinois de football seront ceux qui, dans le monde, suivront le plus de rencontre lors des trois semaines de compétitions (d'où l'intérêt des annonceurs publicitaires).

Certains iront même en Allemagne pour assister aux matchs. Quelques uns ? 50 000, ont déjà réservé leurs billets, de quoi rapporter aux compagnies de voyages 600 millions de yuan, soit 75 millions de dollars. L'Asia Times révèle que le prix pour une personne est de 10 000 dollars.

Évidement de tels cas constituent des exceptions et la majorité des fans suivront les prouesses des Henry, Ronaldinho, Ballack et autres Nedved depuis la Chine. Mais ils n'auront que peu de raisons de rester chez eux regarder les matches étant donné le nombre de bars et autres lieux qui prévoient l'organisation de projection sur écran géant. Tous auront des maillots, vrais ou faux, ou d'autres t-shirts, chemise avec le logo de leurs équipes préférées.

Quant à ceux qui restent chez eux, ils pourront profiter des dernières offres des fabricants et marchands d'électroniques pour acquérir l'écran de télévision dernier cri pour ne manquer aucuns détails.

Qu'est ce que cela aurait été si l'équipe chinoise avait fait partie des nations en compétition ?

Sur le terrain

Après s'être qualifiée pour la coupe du monde au Japon et en Corée du Sud en 2002, la Chine pensait que sa progression serait constante et qu'elle participerait à la Coupe du monde en Allemagne. Pourtant, elle n'y sera pas. Arrêtée avant même les groupes de qualification après un moins bonne différence de but face au Koweit en septembre 2004.C'est tout une nation qui a été très déçue.

Que manque t'il a cette équipe?
D'après Bora Milutinovic, l'entraîneur qui avait mené l'équipe chinoise au mondial 2002,"le plus gros problème n'est pas le manque de jeune joueur".

Néanmoins on ne peut que constater le faible niveau offensif des joueurs , et ce en raison de plusieurs facteurs.

Tout d'abord, le fait que le football n'est pas un sport traditionnel en Chine. Cela a pour conséquence que, malgré que ce soit le pays le plus peuplé au monde, il n'y a pas un grand réservoir de joueurs. De plus ce pays sort à peine d'un long isolement politique ce qui a empêché la Chine d'avoir des confrontations avec des équipes de tailles ainsi que de pouvoir envoyer ses joueurs dans de grands championnats étrangers.

D'un autre côté, la Chine n'a pas beaucoup de joueurs capables d'évoluer dans les grands championnats. Certes, Sun Jihai (Manchester City), Li Tie (Everton), Shao Jiayi (1860 Munich) ou encore Dong Fangzhuo (Manchester United), jouent en Europe mais ils ne sont pas des stars du ballon rond. Quant au championnat national, la Super Ligue chinoise, difficile de trouver plus inintéressant. Corruption et matchs truqués pour les paris sportifs gangrènent le football chinois à un tel point que même les plus fervents supporters de club ne vont plus dans les stades.

Mais d'après les observateurs, ce qui manque le plus en Chine pour le développement du football ce sont de véritables centres de formations pour les jeunes.

Lueurs d'espoir ?
Jusqu'à la dernière minute, la jeune équipe chinoise n'était pas loin d'accrocher l'équipe de France. Les jeunes chinois ont fait preuve de combativité, de discipline et d'organisation. Il ne leur manquait que le côté créatif pour pouvoir mettre réellement en danger les Français.

Si la Chine ne sera pas en Allemagne, le peuple chinois espère voir son équipe bien figurer au tournoi olympique de Pékin en 2008. Pour ce faire, la fédération chinoise de football recherche activement un entraîneur capable de mener cette équipe. Un des favoris pour le poste le globe trotteur Philippe Troussier, Omar Troussier depuis qu'il s’est converti à l'Islam.

Troussier est convaincu qu'il pourrait amener le football chinois parmi les 20 meilleurs mondiaux endéans les dix prochaines années. "J'espère que je pourrai aider la Chine à devenir une des vingt meilleures équipes au monde d'ici les 10 prochaines années" a déclaré le français à l'issue d'un match de l'équipe chinoise de moins de 21 ans au tournoi international de Toulon.

Lors ce tournoi, les jeunes chinois ont redonné l'espoir d'une amélioration du football asiatique en s'imposant notamment contre les Argentins 1 but à 0 et réalisant deux matchs nuls face au Portugal et à République Tchèque. Les Chinois ont fini à la 4e place du tournoi sur huit équipes participantes.

Rendez-vous dans deux ans.

Daniel Ernult


Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Top

Enregistrez-vous pour poster
 



Top Asie - Annuaire Asiatique [Asie, japon, Chine, Inde, Corée] Nos Liens