Shanghai forum-Forum
Shanghai forum  LOGIN   INSCRIPTION
SHANGHAI MEMBRES FORUM ANNONCES PHOTOS ANNUAIRE   CONTACT
SHANGHAI FORUM
Menu Principal

billet d'avion shanghai


Actualité chinoise

Index des forums de Shanghai forum
   CHINE BUSINESS
     Les 500 plus puissantes entreprises industrielles de Chine
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
Freeman
Envoyé sur :  21/8/2006 23:38
Shanghaien(e)
Inscrit le: 29/7/2006
De: Shanghai
Envois: 644
Les 500 plus puissantes entreprises industrielles de Chine


Le Bureau d'Etat des Statistiques a rendu public le 19 août les noms des 500 plus puissantes entreprises industrielles chinoises dont le classement par ordre a été effectué sur la base de leur déclaration annuelle 2005 et des chiffres d'affaires de leurs principales activités.

Les dix premières entreprises qui figurent au palmarès sont les suivantes : Baoshan Steel Group Co. Ltd, Le Groupe N°1 de l'industrie automobile de Chine, la Société automobile Dongfeng (Vent de l'Est), Legend (Lenovo) Holding Ltd, le Groupe Haier, Motorola (China) Electronics Engineering Ltd. Co., la Société sidérurgique de la Capitale, Anshan iron & steel Group co., Tangshan iron & steel Group co. Ltd., et Wuhan iron & steel (Group) co..

Source: le Quotidien du Peuple en ligne
Tintin
Envoyé sur :  22/8/2006 13:44
Shanghaien(e)
Inscrit le: 4/8/2006
De: Osaka
Envois: 814
Re: Les 500 plus puissantes entreprises industrielles de Chine
Comme un aimant, Shanghai attire les investisseurs
Après une moitié de décennie placée sous le signe de Hong Kong, les Bourses chinoises suscitent de plus en plus l’intérêt des entreprises.
on se demande où tout ça va aller
ce que je trouve dommage c'est qu'il ne reste pas beaucoup de place aux petites PME car les "Grands" se font une lutte sans merci
Tintin
Envoyé sur :  22/8/2006 13:50
Shanghaien(e)
Inscrit le: 4/8/2006
De: Osaka
Envois: 814
Re: Les 500 plus puissantes entreprises industrielles de Chine
augmentation du nombre de grandes entreprises industrielles


Les grandes entreprises industrielles en Chine sont désormais de 2 387 en 2006, contre 2 154 en 2004, a informé lundi Liu Fujiang, vice-directeur du département de circulation industrielle relevant du Bureau d'Etat des Statistiques (BES).

Parmi ces grandes entreprises industrielles, le nombre de celles dont la majorité des actions sont détenues par l'Etat a progressé de 1 185 en 2004 à 1 196 en 2006, alors que celui des entreprises collectives est passé de 44 à 46. Les entreprises non publiques ont augmenté rapidement. Elles comprennent 1 159 entreprises à responsabilité limitée contre 1 185 avant. Le nombre des entreprises à capitaux étrangers ou d'investissements de Hong Kong, Taïwan et Macao, a augmenté de 476 à 627, et celui des entreprises privées a progressé de 118 à 147.

Selon les règlements du BES, les grandes entreprises sont celles dont le chiffre d'affaires est supérieur à 300 millions de yuans, le total des actifs supérieur à 400 millions de yuans et où les employés sont plus de 2 000.


d'aprèsles propos de xinhua
eurasie
Envoyé sur :  22/8/2006 14:47
Mini Shanghai
Inscrit le: 22/8/2006
De:
Envois: 5
Re: Les 500 plus puissantes entreprises industrielles de Chine
Freeman
Envoyé sur :  23/8/2006 1:54
Shanghaien(e)
Inscrit le: 29/7/2006
De: Shanghai
Envois: 644
Re: Les 500 plus puissantes entreprises industrielles de Chine
Chine : le poids des investissements étrangers suscite des débats

a perspective de voir des multinationales dominer des secteurs entiers de l'économie inquiète en Chine, alors que les investissements étrangers dans le pays s'élèvent à près de 60 milliards de dollars (47 milliards d'euros) par an.

Un rapport récent du Bureau national des statistiques chinois indique en effet que parmi les 500 plus grandes entreprises locales, les deux tiers sont à capitaux étrangers - ce chiffre inclut les sociétés mixtes.


Le premier acteur étranger est l'américain Motorola, qui se place à la sixième position avec 75 milliards de yuans (7,5 milliards d'euros) de chiffre d'affaires, suivi par le finlandais Nokia et l'américain General Motors, classé au quatorzième rang.

L'environnement légal dans lequel évoluent les sociétés étrangères devrait changer début septembre avec l'instauration de nouvelles règles sur les fusions-acquisitions : elles pourront se faire par échange d'actions et non plus seulement par paiement en cash.

Par ailleurs, l'entrée en vigueur d'une loi anti-monopole - la première jamais passée en Chine - le 8 septembre pourrait, en théorie, conduire à limiter les entités d'Etat dans certains secteurs.

Ces nouvelles règles sont bien accueillies mais leur portée pour les multinationales étrangères et leurs modalités d'application sont incertaines.

Dans un contexte de surchauffe de l'économie, le but affiché des nouvelles règles sur le paiement par échange d'actions est notamment d'accélérer les fusions-acquisitions - elles représentaient en 2005 un peu plus de 50 % des investissements étrangers - au détriment des investissements créateurs de sites.

RHÉTORIQUE PROTECTIONNISTE

Si les officiels chinois sont les premiers à louer les effets bénéfiques de l'afflux de capitaux étrangers en termes de gains de compétitivité et d'apports de technologie - Motorola, par exemple, promet d'investir 100 millions de dollars par an en recherche et développement en Chine cette année -, quelques affaires récentes n'en alimentent pas moins une rhétorique de plus en plus protectionniste.

C'est le cas de la tentative de rachat par le fonds d'investissements américain Carlyle du groupe Xugong. Ce dernier est le numéro un du matériel de chantier en Chine, un secteur non protégé et ouvert à des prises de participation étrangères majoritaires.

En octobre 2005, Carlyle a annoncé le rachat de 85 % de cette société d'Etat. Cette cession avait fait l'objet d'un appel d'offres international, lancé par la province du Jiangsu. L'objectif des dirigeants de la firme chinoise était de rendre plus performante la gestion de l'ancien géant public et d'en faire un groupe d'envergure internationale.

L'accord n'a pas été validé par le gouvernement central et fait désormais l'objet de débats agités depuis qu'en juin un concurrent de Xugong, Sany Corporation, s'est porté volontaire pour l'acquérir à un meilleur prix, dénonçant l'offre "bradée" au capital étranger.

Dans la presse chinoise, l'économiste Zuo Dapei, de l'Académie chinoise des sciences sociales, connu pour ses prises de position conservatrices, exprimait, début août, ses doutes sur le bien-fondé de ces cessions aux étrangers : "Au vu des conditions monétaires actuelles et de la situation de la devise chinoise, ce dont nous avons besoin, c'est d'une restructuration complète des entreprises d'Etat afin de débarrasser leur gestion de la corruption et, par là même, de les refinancer, plutôt que de les vendre, surtout au capital étranger."

Alors que le pays cherche à créer des champions nationaux, et les incite à sortir de leurs frontières, la phase de consolidation à l'oeuvre actuellement permet une sorte de raccourci vers l'internationalisation. C'est la logique qui a présidé à l'absorption de Zhejiang Supor Cookware par SEB. Ainsi qu'au rachat par Goldman Sachs du groupe public Shineway, l'un des principaux acteurs du marché de la viande en Chine.

source : Le Monde
Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Top

Enregistrez-vous pour poster
 



Top Asie - Annuaire Asiatique [Asie, japon, Chine, Inde, Corée] Nos Liens